@@@

Introduction & Chronologie

                                                                                                                           Accueil

 

- Introduction
- L’Andalus (l'Espagne musulmane) et la France au 8ème siècle
- Chronologie

@@@

Introduction

Au début du 8ème siècle, les Arabes entreprennent la conquête de l’Espagne qu'ils appellent l’Andalus.
La faible résistance rencontrée dans ce pays les encourage à traverser les Pyrénées en direction de la France, de l'Italie et de la Suisse.
Leur présence intermittente et leurs expéditions dans ces pays dureront jusqu’au 10ème siècle.

La Méditerranée était “ chrétienne ” jusqu’au début du 8ème siècle.
L’avènement de l’Islam et la conquête par les Arabes du Maghreb et de l’Andalus, ont rompu cette situation.

La stratégie des Arabes pour se rendre maîtres de la Méditerranée, consiste, d’une part, à traverser les Pyrénées, à partir de l’Andalus, et à conquérir le sud de la France, l’Italie du nord et les principaux passages des Alpes (1) ; et
d’autre part, à partir du Maghreb, à conquérir la Sicile, la Sardaigne, la Corse et le sud de l’Italie. Et ainsi, la boucle serait réalisée.

La rupture par l’Islam de l’unité méditerranéenne antérieure a pour conséquence l’éclatement du monde chrétien en deux parties :
-l’Orient chrétien, dont la capitale est Constantinople (aujourd'hui Istanbul), et qui maintient plus ou moins ses capacités de navigation en Méditerranée, mais seulement près de ses bases;
-l’Occident chrétien, avec une papauté à Rome sans poids politique, et avec tous les facteurs pour la construction d’un empire chrétien occidental dont le centre d'intérêt est tourné vers le Nord (2).

La fermeture de la Méditerranée par les Arabes a mis en avant le rôle des Carolingiens. Ceux-ci arrêteront la progression des Arabes en France, mais ne joueront aucun rôle en mer (3).

Les efforts de construction de l’État le plus fort de l’Occident, entrepris par Charles Martel, et menés par Pépin le Bref, aboutiront à la naissance de l'empire carolingien dont Charlemagne sera le grand empereur. La Provence
faisait partie de cet empire.
Mais plus tard le partage de l’empire carolingien rattache cette province à la Lotharingie (4), ce qui ne plait pas aux Provençaux. Suite aux différents entre Boson, comte de Provence, et les Carolingiens, les Provençaux déclarent leur
indépendance en 887. C’est dans ce climat qu’a lieu à la fin du 9ème siècle le débarquement des Andalous en Provence.


Haut de page

@@@


L'Andalus et la France au 8ème siècle 

Sous la dynastie arabe des Omeyyades (41-132 (H) / 661-750 (ApJC), dont la capitale est Damas, Tarif ibn Malek an-Nakh‘i, sous les ordres de Mouça Ibn Noussayr (gouverneur de l’Ifriqiya, l’actuel Maghreb), débarque avec ses troupes dans le sud de l'Espagne, en Ramadhan 91 (H) / 710 (ApJC), dans un endroit qui porte aujourd'hui encore son nom, Tarifa. Les troupes construisent des remparts autour de la ville. C’est la première ville d’Espagne occupée par les Arabes (5).

Après Tarif, en ramadhan 92 (H) / 711 (ApJC), Tariq Ibn Ziyyad, toujours sous les ordres de Mouça Ibn Noussayr, débarque à Gibraltar (de l'arabe
Djabal-Tariq, du nom de ce conquérant).
Mouça Ibn Noussayr arrive, quant à lui, en Andalus en Rajab 93 (H) / 712 (ApJC) (6). Il rejoint Tariq, et c’est l’avancée des armées arabes jusqu’à Barcelone et les Asturies, dans le nord de l'Espagne, et Narbonne et Carcassonne dans le sud de la France (7).

Puis, en 95 (H) / 714 (ApJC), Mouça et Tariq sont rappelés à Damas par le khalife omeyyade Al-Walid (8).

L'Andalus est gouverné au début de la conquête arabe par des émirs (gouverneurs) désignés, soit par le gouverneur de l'Ifriqiya, soit directement par le khalife de Damas.
Sous la dynastie des Omeyyades, en l’espace de 45 ans environ, 20 émirs gouvernent l’Andalus, ce qui dénote l’instabilité qui a régné dans ce pays (9). Plusieurs émirs, et plus tard plusieurs khalifes de Cordoue, s’impliquent directement dans les interventions en France. Du côté des chrétiens également, l'engagement de plusieurs souverains est total (10).

La France au début du 8ème siècle

 

 

 Lorsque les expéditions arabes commencent en France, ce pays est divisé entre les habitants du nord, d'une part, qui occupent la Neustrie (pays situé entre la Loire, la Bretagne, la Manche et la Meuse), l’Austrasie (dont le siège est Metz) et la Bourgogne, et les habitants du sud, d'autre part, qui occupent l’Aquitaine (entre la Loire et les Pyrénées), le Languedoc et la Provence. Les Wisigoths eux, habitent une partie du Languedoc et une partie de la Provence.

Le Languedoc s’appelle Gothie (car habité longtemps par les Goths) ou Septimanie,parce qu’il comprend sept villes importantes : Narbonne, Nîmes, Agde, Béziers, Lodève, Carcassonne et Maguelone. Le Languedoc se trouve en partie sous la souveraineté du Duc d’Aquitaine, Eudes, qui se dit descendant de Clovis, et donc parent des princes du nord de la France.

Les Arabes, en se référant à la France, parlent de la Grande Terre qui comprend toutes les terres situées entre les Pyrénées, les Alpes, l’Océan et l’Elbe. On y parle plusieurs langues. Al Maqqari décrit la Grande Terre comme une vaste terre riche, très peuplée et à l’habitat concentré (11).

Quant aux Français, ils appellent les Arabes les Sarrasins dès le début du 8ème siècle (12).


Haut de page

@@@


Chronologie
(Les auteurs, aussi bien chrétiens qu'arabes, utilisent indifféremment les termes « arabes, sarrasins, musulmans, andalous » pour désigner les Andalous).

710 - Expédition navale arabe en Corse.
710 - Tarif ibn Malek (sous l'ordre de Mouça, gouverneur de l’Ifriqiya, et qui sera le premier émir de l’Andalus) débarque en Espagne.
711 - Tariq ibn Ziyyad (sous l'ordre du même Mouça) arrive en Espagne.
717 - L'émir de l'Andalus Al-Horr avance jusqu’à Nîmes.
719 - Prise de Narbonne par les Arabes.
721 - Bataille de Toulouse.
725 - Carcassonne et Nîmes sont occupées par l'émir ‘Anbaça.
726 - Occupation de la Septimanie; avancées vers l’est et le nord : l’Albigeois, le Rouergue, le Gévaudan, le Velay, le Dauphiné, le Lyonnais, la Bourgogne. Avancées jusqu’à Sens, Luxeuil.
732 - Raids sur Tarbes, Bigorre, Oleron, Bordeaux. Bataille de Poitiers perdue par les Arabes.
734 - Les Arabes occupent Avignon et contrôlent la navigation sur le Rhône.
737 - Charles Martel (688-741) prend Avignon mais ne peut pas prendre Narbonne.
750 - Fin de la dynastie omeyyade de Damas et début de la dynastie abbasside.
756 - Un survivant des Omeyyades Abd-ar-Rahman 1er (756-788) prend le pouvoir en Andalus et s'oppose aux Abbassides. Sécession de l'empire arabe.
759 - Les Francs prennent Narbonne.
768- Le khalife abbasside Al Mansour envoie des ambassadeurs à la cour de Pépin le Bref (751-768). Mort de Pépin. Charlemagne (768-814) devient roi des Francs.
793 - Prise de Narbonne par les Musulmans, mais ils repassent les Pyrénées vers l'Andalus.
800 - Charlemagne devient empereur.
801 - Échange d’ambassadeurs entre Charlemagne et Haroun ar-Rachid (763-809), le khalife de Baghdad.
802 - Attaque de la Corse par les Musulmans.
810 - Attaque de la Sardaigne par les Musulmans. Trêve de 2 ans entre Charlemagne et les Andalous.
813 - Les Arabes attaquent la Corse, Nice et les environs de Rome.
827 - Raid naval musulman en Bretagne.
831 – Envoi d'un ambassadeur de Baghdad à la cour de Louis le Débonnaire (778-840). Attaque par mer de Marseille et de l’estuaire du Rhône.
846 - Raid musulman sur l’Italie (embouchure du Tibre et Gênes).
848 - Le Languedoc s’allie aux Musulmans. Prise d’Arles par les Musulmans. Le gouverneur andalou de Saragosse pénètre en France. Charles le Chauve (823-877) cherche à traiter.
869 - Attaque des côtes provençales par les Musulmans, création d’un port en Camargue.
877 - Mort de Charles le Chauve qui se rendait en Italie pour combattre les Musulmans.
889 - Fondation de la colonie musulmane de Grimaud (Fraxinet) en Provence.
906 - Les Musulmans passent en Italie par le Dauphiné et le Mont Cenis. Attaque de Sousa et Aqui.
911 - Établissement des Musulmans dans les Alpes.
920 - Les Musulmans traversent les Pyrénées et atteignent Toulouse. Le Piémont d’une part, Aix et Marseille d’autre part subissent les assauts des Musulmans du Fraxinet.
929 - Les Musulmans des Alpes avancent jusqu’à la frontière de la Ligurie.
939 - Les Musulmans atteignent le Valais (Suisse), les Grisons et Genève.
940 - Fréjus et Toulon sont occupés.
942 - Malgré l’aide de la flotte grecque dans la bataille de Saint-Tropez, les Musulmans restent sur leurs positions. La côte italienne est ravagée, Nice et Grenoble sont occupées.
952 - Bataille d’Orbe entre les Musulmans et les Huns. La Suisse est aux mains des Musulmans.
956 - L’Empereur Otton I (936-973) envoie une mission à Cordoue.
960-975 - Évacuation par les Musulmans du Grand St-Bernard, de Grenoble, de la Crête (occupée en 814), de la Savoie, de Gap et de la Provence.
1003 - Raid musulman sur Antibes.
1019 - Tentative contre Narbonne, Maguelone, les îles de Lérins.
1050 - Les Musulmans évacuent l’Italie du sud et la Sicile (première incursion des Musulmans en Sicile en 652) .

Fin de l'introduction et de la chronologie

Haut de page

@@@

Notes de l'introduction

(1) - Ce sont les émirs andalous qui sont chargés des expéditions en France. Mouça, gouverneur de l’Ifriqiya (actuel Maghreb) et premier émir de l’Andalus, se promet de rejoindre Damas, siège du califat omeyyade, en passant par le sud de l’Europe, et en combattant les Chrétiens jusqu’à Constantinople (aujourd'hui Istanbul), alors capitale des Chrétiens d’Orient. Il pense ainsi relier l’Andalus à l’Orient par la terre.
Mais Mouça est rappelé plutôt que prévu par Damas, Réf: Ibn Khaldoun Abd-ar-Rahhman (historien, 732-808 (Hégire) / 1332-1406 (ApJC), Kitab al ‘Ibar..., 14 volumes, Beyrouth, 1981, Dar al Kitab al-Lubnani, tome 7, p. 254-255. Retour au texte

(2) - Et c’est ainsi que les Germaniques vont être amenés à jouer un rôle important dans la reconstruction de la civilisation européenne, Réf: H. Pirenne, De Mahomet à Charlemagne, 1937, 258 pages, p. 136. Retour au texte

(3) - ‘Abd-ar-Rahman II (176-238(H) / 792-852(ApJC). Il règne pendant 31 ans. Il est le premier émir à faire construire un arsenal à Séville, suite aux premières incursions normandes contre les côtes andalouses en 843. Sous le règne du khalife ‘Abd-ar-Rahman III An-Nacir (300 à 350 (H) / 912 à 961 (ApJC), la base principale de la flotte est située à Alméria.
Le responsable de cette flotte occupe le troisième rang dans la gouvernance de l’Andalus, après le gouverneur de la marche supérieure (Saragosse) et le cadi de Cordoue. Il participe aux grandes décisions de l’État andalou, Réf: Ta’rikh madinat Almariyya al islamiyya (Histoire d’Alméria islamique), qa’idat ouçtul al Andalus, As-Sayyd ‘Abd-al-Aziz Salim, 1969, Beyrouth, 210 pages, p. 40. La flotte andalouse a de grandes capacités d’intervention. Citons l’envoi par An-Nacir en 319 (H) / 931(ApJC) d’une flotte au Maghreb, afin d’assiéger un gouverneur qui s’était soulevé contre lui. Cette flotte se compose de 120 navires, et de 7000 hommes dont 5000 marins, Réf: Ibn Hhayyan, Al Muqtabas V (‘Abd-ar-Rahman An-Nacir), texte arabe édité par P. Chalmeta, F. Corriente et M. Subhh, Madrid-Rabat, 1979, 579 pages, page 313. Retour au texte

(4) - Royaume constitué en 855, il s'étend de la mer du Nord aux Alpes, entre la Meuse, l’Escaut et le Rhin. Retour au texte

(5) - Ibn Khaldoun, o.c., vol. 7, p.254. Retour au texte

(6) - Al Maqqari at-Tilimçani Ahmad, Nafh attib min ghusn al Andalus ar-ratib, Beyrouth, 1968, 8 volumes, vol. I, p.277, citant Ar-Razi (historien andalou mort en 273 (H) / 886 (ApJC). Al Maqqari meurt en 1041 (H) / 1631 (ApJC). Retour au texte

(7) - Al Maqqari raconte qu’ils sont arrivés jusqu’au Rhône, Réf: Al Maqqari, o.c., Vol I, p. 273. Cependant des historiens doutent qu’elles soient arrivées jusqu’à ce point. Retour au texte

(8) - Ibn Qutiyya (historien andalou, mort en 367 (H) / 977 (ApJC), Ta’rikh iftitahー al-Andalus (Histoire de la conquête de l'Andalus), tahーqiq Ibrahim Al ibyari, Beyrouth, 1982, 158 pages, p.36 ;
-Al Maqqari, o.c., Vol I, 265-267;
-At-Tabari (historien, mort en 310 (H) / 923 (ApJC)) relate que Mouça revient à Qayrawan en 95 (H) / 714 (ApJC), Réf: At-Tabari, Ta’rikh al umam wa-l-muluk (Histoire des peuples et des rois), Beyrouth, 6 volumes, Vol. IV, 8ème Partie, p. 196.
Ibn Khaldoun dit la même chose, Réf: Ibn Khaldoun, o.c., vol VII, p. 255. Retour au texte

(9) - Al-Maqqari, o.c., vol I, p. 249, citant Ibn Hayyane : historien andalou (988-1076 (ApJC)), auteur de « L'essentiel de l'histoire de l'Andalus ». Retour au texte

(10) – Les souverains andalous et chrétiens

Les souverains andalous

+ Mouça Ibn Noussayr, gouverneur de l’Ifriqiya (l’actuel Maghreb) et premier émir de l'Andalus;

+ Al-Horr ibn Abd-ar-Rahman ath-Thaqafi, émir en 98 (H) / 716 (ApJC), gouverne près de 3 ans. Il arrive jusqu'à Nimes, Réf: Ibn al-Athir ‘izz-ad-Din abul-Hassan (historien, 555-630 (H) / 1160-1232 (ApJC)), Al Kamil fi at-ta’rikh (Histoire), 10 volumes plus 1 volume index, Beyrouth, 1982, vol. V, p. 489.

+ Assamah, nommé directement par le khalife Omar ibn Abd-al-Aziz en l'an 100 (H) / 718 (ApJC) conquiert Narbonne. Il meurt au combat alors qu'il assiége Toulouse en 102 (H) / 720 (ApJC).
Réf: Al Maqqari, o.c., vol I, p. 235; Ibn Khaldoun, o.c., vol VII, p. 257.

+ Anbaça ibn Sahim al Kalbi, émir en 103 (H) / 721 (ApJC), meurt en 107 (H) / 725 (ApJC). Conquérant de Carcassonne et artisan de la poussée arabe jusqu’au Rhône, Réf: Ibn al-Athir, o.c. vol V, p. 490.

+ Abd-ar-Rahman Ibn Abd-Allah Al-Ghafiqi participe aux expéditions dans le sud de la France auprès d’Assamah. Après la mort de ce dernier devant Toulouse, il sauve l’armée arabe de la déroute et la ramène en bon ordre en Andalus. Il est connu pour partager avec ses soldats les butins les plus précieux, Réf: Ibn al-Athir, o.c., vol V, p. 174.
Emir en 112 (H) / 730 (ApJC), Al-Ghafiqi est battu par Charles Martel en 114 (H) / 732 (ApJC) à Poitiers. Il trouve la mort dans cette bataille. Abd-ar-Rahman Al-Ghafiqi règnera 20 mois sur l'Andalus, Réf: Al-Maqqari, o.c., vol I, o., c., p. 235-236.

+ ‘Oqba ibn Al-Hajjaj As-Salouli prend les rênes de l'Andalus en 116 (H) / 734 (ApJC), Réf:Ibn al-Athir, o.c., vol V, p. 490. ‘Oqba règne pendant cinq ans. Il a une conduite louable; il poursuit les expéditions dans le sud de la France jusqu'à Narbonne, et sous son émirat, les Musulmans arrivent jusqu'au Rhône, Réf: Al-Maqqari, o.c., vol V, p. 236; Ibn Khaldoun, o.c., vol I, p. 257.
Selon Ibn Khaldoun, ‘Oqba règne 6 ans et meurt à Sarragosse en 123 (H) / 740 (ApJC), Réf: Ibn Khaldoun, o.c., vol VII, p. 258-259.

+ Abd-ar-Rahman 1er, ad-Dakhil (l’Immigré), (113-172 (H) / (731-788 (ApJC)), appelé ainsi parce qu'il est le premier des princes omeyyades des Bani Marwan à entrer en Andalus.
Il arrive dans ce pays, seul survivant de la tuerie en Syrie de toute sa famille omeyyade par les nouveaux souverains abbassides. At-Tabari indique qu’il est arrivé en Andalus en 139 (H) / 757 (ApJC), Réf: At-Tabari, o.c., vol V, 9ème Partie, p. 171.
Le khalife abbasside Al-Mansur le surnomme le faucon des Bani Umayya pour ses actions en Andalus. Abd-ar-Rahman 1er succéde à Youçef ibn Abd ar-Rahman al Fihri, émir depuis l’année 129 (H) / 746 (ApJC).
En 138 (H) / 756 (ApJC), Abd-ar-Rahman 1er prend le pouvoir en Andalus qu’il unifie hors de l'empire abbasside. Il est le principal artisan du futur khalifat omeyyade de Cordoue, concurrent du califat de Baghdad, Réf: Ibn al Athir, o.c., vol V, p. 489-496. Il meurt en 172(H) / 788 (ApJC), Réf: Ibn Khaldoun, o.c., vol VII, p. 264-265.
Abd-ar-Rahman 1er règne sur l'Andalus pendant 33 ans, Réf: Ibn Khaldoun, o.c., vol VII, p. 269;

+ Hicham I (fils de Abd ar Rahman ad-Dakhil);

+ Al Hakam I, fils de Hicham, (180-206 (H) / 796-822 (ApJC));

+ Abd ar-Rahman II (176-238 (H) / (792-852 (ApJC)), succède à son père, Al Hakam I;

+ Abd ar-Rahman III 'An-Nacir', premier khalife de Cordoue (277-350 (H) / (890-961 (ApJC));

+ Al Hakam II 'Almustinçir', (302-366 (H) / 914-976 (ApJC)), deuxième khalife de Cordoue en 961;

+ Hicham II, troisième khalife de Cordoue (mort en 403 (H) / 1013 (ApJC);

+ Hicham III, dernier khalife de Cordoue (418 (H) / 1027 (ApJC)); l'institution de de l'Emirat s'arrête en 929, remplacée par le khalifat qui s'éteint en 1031.
Après 1031 commence le régime des Taïfas (petits royaumes indépendants) qui seront reconquis par les Espagnols jusqu'au dernier, le royaume de Grenade, en 1492.

Les souverains chrétiens

+ Les Mérovingiens: première dynastie des rois francs dont Charles Martel (688-741) fait partie. Son fils, Pépin le Bref (751-768), fonda, en 751 la deuxième dynastie des rois francs les Carolingiens dont les représentants ont régné jusqu'en 911 en Germanie et jusqu'en 987 en France.
Le célèbre Charlemagne (768-814) succède à Pépin le Bref.

+ Les Ottoniens ou Othonides: famille de rois germaniques apparentée aux Carolingiens.
-Othon I le Grand (912-973), empereur du Saint-Empire romain germanique;

-Othon II (955-983) fils du premier. Il s'occupa de se rendre maître de l'Italie mais il est vaincu par les Sarrazins au cap Colonne (982).
La bataille du cap Colonne, appelée aussi bataille de Stilo, opposa les armées de l'empereur Otton II et de ses alliés italo-lombards aux forces de l'émir kalbide de Sicile, Abu al-Qasim, le 13 ou le 14 juillet 982 près de Crotone en Calabre. Retour au texte

(11) - Al Maqqari, o.c., vol I, p. 145. Retour au texte

(12) - Ce terme, qui sera utilisé pendant plusieurs siècles, est toujours vivant de nos jours pour désigner des lieux-dits, ou pour qualifier des objets ou dans certaines expressions. D’après Chakib Arslan, le terme Sarrazin viendrait de sarakanou, qui veut dire musulman chez les Chrétiens, lequel sarakanou viendrait de charaka, c'est à dire, charqui et au pluriel charaqui (orientaux), Réf: Chakib Arslan, Histoire des expéditions arabes en France, en Suisse, en Italie et dans les îles méditerranéennes, Beyrouth, en arabe, sans date [introduction datée de 1352 (H) / 1933 (ApJC)], 310 pages, p.15.
Ibn Battuta, (1303-1377 (ApJC)), le grand voyageur arabe du 14 ème siècle, raconte dans sa Rihla (Voyages) que le roi de Constantinople s’adresse ainsi à lui, par l’intermédiaire de son interprète : " Dis à ce Sarrasin, c’est à dire ce musulman, etc .", Réf : Voyages arabes, La Pléiade, 1995, 1409 pages, paragraphe Ibn Battuta : Voyages et périples, pp. 368-1050, p. 702. Retour au texte

Fin des notes de l'introduction
 

visite(s)